Cette marche, qui partira de la maison communale de Lingwala pour chuter au boulevard triomphal, vise à sensibiliser et interpeller la population et les législateurs sur la consommation de la viande de chien et de chat, un phénomène qui commence à prendre de l’ampleur à Kinshasa mais surtout à Kananga, dans la province du Kasaï Central, où cette pratique est ancrée dans la culture locale.

Bon nombre d’observateurs soutiennent que si rien n’est fait pour stopper cette pratique culinaire, les chiens et les chats vont bientôt disparaître de notre paysage domestique. Il est rapporté qu’à Kananga, des jeunes gens traquent matin et soir les chiens en divagation pour consommer leur viande qu’ils arrosent avec la boisson indigène communément appelée « Chichampa ».

Lire aussi :  Photos d'un agneau né avec deux têtes

Cette habitude alimentaire qui s’installe de plus en plus dans nos mœurs n’est pas sans conséquence sur la santé. En effet, tous les spécialistes en matière de nutrition s’accordent pour affirmer que la consommation de la viande de chien est un facteur de risque pour la santé. Cette viande rouge contient de la graisse qui, consommée sans modération, peut provoquer des problèmes cardio-vasculaires. Par ailleurs, la viande de chien peut occasionner la transmission de la rage canine, affirment les mêmes experts.

 

Lire aussi :  Déclaré mort, un bébé ”revient à la vie” lors de ses funérailles (photos)